La mort est mon métier, Robert Merle

Pour inaugurer le blog, je souhaite parler de ce livre écrit dans les années 1950. Robert Merle raconte à la première personne la vie de Rudolf Lang, commandant d’Auschwitz. Toute sa vie il a obéi aveuglement aux ordres de ses chefs nazis et c’est lui qui mit en place la solution finale.

Ce récit fait froid dans le dos. Merle montre l’organisation froide, la minutie, le progrès technique au service de la pire des barbaries : l’extermination systématique d’autres hommes, tout ça par pure obéissance au chef, sans état d’âme, sans se poser de questions.

Ajouter un commentaire