Globalia, Jean-Christophe Rufin

Dans ce roman d’anticipation Globalia représente le Nord riche fermé et coupé du reste monde - les non zones. Globalia est une démocratie offrant à ses citoyens paix, prospérité, liberté et société de consommation. Pas d’histoire à Globalia pour ne pas réveiller les nationalismes meurtriers. Par goût de la liberté, le jeune Baïkal fuit Globalia et rejoint les non zones. De là, parviendra-t-il à déstabiliser Globalia?

Des thèmes hyper actuels sont abordés dans ce roman de Rufin : terrorisme, écologie, humanitaire, immigration, export des armes par le Nord vers le Sud tandis que le Sud exporte ses richesses naturelles, accointances entre le Nord et les maffieux du Sud symbolisant les régimes corrompus d’aujourd’hui, domination de l’économie - les politiques ne sont que des pantins.
Dommage, mais ce thème prometteur est mal traité : la métaphore est lourde, très appuyée. Ce n’est pas de la Science fiction mais un diagnostic de la société contemporaine. Il manque la fougue, le suspens des autres livres de Rufin. Ici tout est trop prévisible et lourd.

2 commentaires pour “Globalia”

  1. marie a écrit  

    Je découvre ton blog ( très joli blog !), et tes commentaires. Je partage ton appréciation sur Globalia et sur l’Homme préssé, peut-être un peu moins sur Les causes perdues.
    Bonnes lectures. Je repasserai par chez toi.

  2. Vincent a écrit  

    Merci de ton commentaire sympa. Qu’as-tu pensé des causes perdues?
    De Rufin, j’ai beaucoup aimé l’abyssin aussi, plein de souffle. J’écrirai un billet prochainement.

Ajouter un commentaire