La fin d’une liaison, Graham Greene

Deux ans après leur séparation inexpliquée, le narrateur croise par hasard son ancienne maîtresse Sarah. Il la fait suivre par un détective pour essayer de comprendre pourquoi elle l’a quitté, pourquoi elle se refuse à lui, quel amant elle voit en secret. Il se rend compte alors que son rival, c’est Dieu en personne! Pendant les bombardements de Londres, il a été tué par une bombe. Sarah a prié et fait le serment de cesser leur liaison s’il était sauvé. Et là, miracle, il a ressuscité.
Malgré ses tentatives pour ne pas croire, elle se résout à accepter la présence divine que trop de signes attestent. Le narrateur lui même refuse de croire mais il y est presque forcé par les événements autour de lui. Son ultime réplique : “Qui que vous soyez, laissez-moi tranquille, ne me tourmentez plus!”

Magnifique livre touché par la grâce, d’où a été tiré un très beau film. J’ai aimé la légereté, la justesse, la grâce mais aussi l’humanité des personnages.

Un commentaire pour “La fin d’une liaison”

  1. héroïne a écrit  

    Très beau roman. Très beau film. Sur écran et sur papier c’est très beau. Mais, par contre, quand cela nous arrive, on aurait envie d’appeler sa mère. La passion c’est la corde raide, la lame de rasoir constante. On passe constament de l’envie que cela finisse à l’envie que cela se poursuit à tout jamais.

Ajouter un commentaire