Les causes perdues, Jean-Christophe Rufin

Une mission humanitaire à Asmara dans l’Erythrée au nord de l’Ethiopie en 1985. La famine y est instrumentalisée par le gouvernement communiste pour déporter massivement la population. Grégoire, chef de mission, tombe amoureux d’une autochtone qui sera arrêtée par la police pour faire pression sur lui et le forcer à rester et cautionner les déplacements de population. Le dénouement sera catastrophique pour tous!

J’ai beaucoup aimé cette très intéressante et décoiffante plongée dans le milieu des ONG ; les motivations sont diverses, certains purs y croient, d’autres sont là par hasard (Benoît pense à ses chevaux, Jack est un ancien de l’armée américaine) mais tous font le maximum et agissent avec humanité quand ils sont pris par les événements. Rufin relate bien le dilemme des humanitaires qui peuvent difficilement rester neutres au milieu d’enjeux géopolitiques. Il raconte très bien l’ambiance à Asmara, l’arrivée des 8000 réfugiés affamés, la constuction de l’hôpital, la conférence de presse au cours de laquelle le Suisse, neutre, lui conseille avec justesse de partir.

10 décembre 2005